Guinée: Allemagne - Une centaine de guinéens en attente d'expulsion vers Conakry

Guinée: Allemagne - Une centaine de guinéens en attente d'expulsion vers Conakryh
http://thevoiceforum.org/node/557
Fr/Dt) PRESS INFO: Morts par balle à Laayoune pour avoir voulu tenter de quitter le Maroc
http://thevoiceforum.org/node/547
Belgique: Mort d'un demandeur d'asile guinéen
Bruxelles - 16/07/2007
http://www.afriquenligne.fr/actualites/diaspora/belgique:_mort_dun_deman...
http://thevoiceforum.org/node/537
****
Guinée: Allemagne - Une centaine de guinéens en attente d'expulsion vers Conakry
Aminata.com (Conakry)
Publié sur le web le 6 Août 2007
http://fr.allafrica.com/stories/200708061738.htmlwww.aminata.com

Ces dernières semaines, nous n'avons cessé d'alerter l'opinion guinéenne, africaine et internationale sur la situation des guinéens réfugiés en République Fédérale d'Allemagne.

Rappelons que c'est le gouvernement guinéen qui a envoyé une délégation de 4 personnes en Allemagne dans le but de procéder au rapatriement de ressortissants guinéens recensés par les autorités allemandes. Les membres de la délégation guinéenne sont tous des fonctionnaires des ministères des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des guinéens de l'Extérieur et celui de l'Intérieur et de la Sécurité.

Il y avait entre 400 et 500 guinéens convoqués dans la ville de Braunsthweig devant la Commission guinéenne et les autorités du Ministère allemand de l'intérieur.
Parmi les guinéens appréhendés, en dehors de tout respect de leurs droits et dignité, entre 113et 117 hommes, femmes et enfants sont triés pour être expulsés.
Le paradoxe de cette expulsion, qui aura lieu dans quelques jours, c'est que le gouvernement, après son Conseil des Ministres du 1er août 2007, a fait un communiqué informant les guinéens, la presse locale et internationale qu'il a pris toutes les dispositions pour mettre fin à l'opération de rapatriement. Fait plus grave, le Ministre des Affaires Etrangères en personne a dit que le gouvernement n'a mandaté personne et n'a envoyé aucune délégation pour rapatrier des guinéens d'Allemagne.
Encore plus grave, c'est le fait que ce communiqué aurait été lu, le 2 août, sur les ndes de la Radio Télévision Guinéenne (RTG) informant les guinéens du rappel à Conakry de la délégation guinéenne qui opérait (clandestinement ?) en Allemagne.
Enfin, le même communiqué disait qu'il n'y aura aucune expulsion de guinéens d'Allemagne vers la Guinée.
La question que l'on se pose:
Pourquoi des communiqués officialisent une décision alors que la réalité est toute autre sur le terrain ?

Pourquoi y aurait- il un mensonge d'Etat alors que ce qui se joue est de la très haute importance par ce qu'il s'agit du sort de citoyens ?
Pourquoi, les guinéens sont rapatriés du moment que la délégation a été rappelée par les autorités gouvernementales de notre pays ?

Enfin, pourquoi, le gouvernement guinéen n'ordonnerait pas à notre représentation diplomatique en Allemagne, de ne pas délivrer des laisser- passer ?
On sait qu'aucune personne ne peut être rapatriée si une ambassade ou un consulat ne délivre pas de laisser- passer vers un pays destinataire.

La chose la plus grave dans tout ce qui se passe actuellement et que les guinéens doivent savoir, c'est que les gouvernement guinéen et allemand seraient sur le point de signer un accord qui prendrait la dénomination de « Convention de Reprise des guinéens. » L'absence du chef de la délégation guinéenne, M. Diao Baldé a jusque- là empêché la signature de ladite convention. On se douterait bien, que quelqu'un se prépare actuellement au sein des deux ministères guinéens à se rendre en Allemagne pour finaliser « la vente des nos compatriotes » aux autorités allemandes en vu de leur expulsion. Nous avons vue que cette opération a déjà généré 117000 euros ! Quel sera le coût de celle qui serait en cours ?

Une fois cette convention bilatérale par le fait (elle est signée par deux Etats), mais unilatérale dans la pratique sera signée, la Guinée est dans l'obligation de donner tout accord de rapatriement de ses citoyens outre- Rhin.

Vu ce qui se trame entre les deux gouvernements, nous réitérons notre appel de soutien aux guinéens d'Allemagne. Nous nous joignons à tous les guinéens d'Allemagne qui nous ont saisi de leur situation et nous ont demandé de transmettre leur reconnaissance à MM. Aboubacar Somparé, Président de l'Assemblée Nationale et Bah Ousmane, Président de l'UPR pour leur action en leur faveur. Le second a transmis au premier les conditions d'arrestation et d'interrogations de guinéens. M. Somparé a saisi immédiatement le gouvernement guinéen et l'Ambassade d'Allemagne en Guinée.
Les guinéens d'Allemagne s'en remettent, à nouveau, au Président de l'Assemblée pour qu'il empêche la signature de la convention de rapatriement en usant des pouvoirs dévolus à l'Assemblée Nationale.

Ils lancent un appel de soutien à toutes les forces vives de la nation pour mettre fin à leur misère et peut être les sauver de la prison. C'est ce qui attendrait, d'après des sources sûres, certains d'entre- eux à leur retour.

Ils demandent au Président Conté de sauver la Guinée du déshonneur dont elle est actuellement l'objet par cet acte inédit de « rachat et de vente » de citoyens d'un pays à un autre dont ils sont victimes.
Enfin, il espère que, pour une fois, le gouvernement tiendra parole en appliquant le refus de tout rapatriement, comme il l'a annoncé dans ces communiqués respectifs.

Guinea-Anhörungen (Artikel von www.aminata.com)