You are here

Communiqué de presse urgent : Centre d'accueil des réfugiés du camp de Coronavirus, Maria-Probst-Straße 14, 80939 Munich

Foto: Camp de réfugiés (Lager) Maria Probst Straße à Munich - 4 lits dans une chambre d'environ 8,15 m2
Refugee Camp (Lager) Maria Probst Straße in Munich - 4 beds in approx 8.15 Sqm2 room
Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

ENGLISH: The VOICE Press release: Coronavirus in the Refugee Camp in Maria-Probst-Straße 14, Munich / Germany Fotos: http://thevoiceforum.org/node/4719
DEUTSCH: The VOICE Pressemitteilung: Coronavirus Flüchtlingslager Ankunftszentrum, Maria-Probst-Straße 14, 80939 München Fotos: http://thevoiceforum.org/node/4717

Communiqué de presse urgent : Centre d'accueil des réfugiés du camp de Coronavirus, Maria-Probst-Straße 14, 80939 Munich. http://thevoiceforum.org/node/4721

Le VOICE Refugee Forum a été informé des accusations et des protestations de la communauté des réfugiés au Centre d'arrivée des réfugiés, Maria-Probst-Straße 14 à Munich, en Allemagne, en raison de la situation scandaleuse qui a suivi l'apparition d'une couronne (Coronavirus)dans le camp de réfugiés. Nous documentons ci-dessous le texte de protestation d'un réfugié du Bangladesh, Ruhul Amin Khan, qui est lui-même affecté par l'isolement et les mauvais traitements.

Nous exigeons la fin de cette situation inhumaine et demandons un traitement médical immédiat et approprié pour toutes les personnes touchées par le virus corona et toutes les autres maladies !

Nous exigeons que tous ceux qui sont touchés par l'isolement se voient garantir tout le nécessaire, en particulier l'espace et toutes les mesures d'hygiène nécessaires !

Nous exigeons un traitement humain de chaque individu !

Nous exigeons la fin de l'hébergement des réfugiés dans des camps, où ils sont entassés dans un espace bien trop petit, ce qui ouvre la porte à la propagation de l'infection !

Nous demandons un hébergement décentralisé pour les réfugiés !

Nous demandons au gouvernement de l'État de Bavière et au gouvernement fédéral allemand, dans l'intérêt de la santé publique, de libérer immédiatement tous les réfugiés des camps et de les loger dans des appartements dénaturés et normaux.

Nous craignons que les réfugiés réunis dans les camps surpeuplés restent ainsi dans un environnement à haut risque, ce qui entraînerait une nouvelle propagation du virus et des pertes de vies humaines qui pourraient être évitées.

Nous demandons l'arrêt des expulsions !

Avec les réfugiés du centre d'accueil de la Maria-Probst-Straße 14, nous appelons tous les médias écrits, les stations de radio et de télévision et les autres groupes de médias à Munich et dans toute l'Allemagne à enquêter sur la situation et à travailler dans l'intérêt public pour garantir un traitement humain des réfugiés sans discrimination.

Contactez-nous : Osaren Igbinoba 0176-24568988
Le Forum VOIX des réfugiés, Schillergässchen 5, 07745 Jena
Courriel : thevoiceforum@gmx.de, http://thevoiceforum.org
*** Translated with www.DeepL.com/Translator (free version)

***

Rapport de Ruhul Amin Khan : Appel public contre le mauvais traitement des réfugiés de la Maria-Probst-Straße 14 à Munich par les gardiens en raison de l'apparition de la couronne dans le camp

Nous demandons une intervention immédiate pour obtenir de l'aide !

Deux réfugiés du camp sont infectés par le virus Corona, de nombreux réfugiés dont la maladie n'est pas confirmée ont été entassés dans la même pièce sur la seule base de soupçons sans aucun signe du virus. Les gardiens leur crient dessus et les repoussent violemment dans la chambre, où ils sont sans nourriture et sans machine à laver pour nettoyer les vêtements et la literie. Ils ne sont pas autorisés à prendre de la nourriture ou du thé à la cantine, il n'y a pas de flux d'informations clair entre les agents de sécurité et le gouvernement, car différents ordres sont émis en même temps. C'est un problème grave non seulement pour les réfugiés, mais aussi pour toute l'Allemagne. 400 à 500 réfugiés se trouvent dans ce camp dit d'urgence. Nous sommes de nombreux réfugiés et nous sommes là depuis au moins trois mois. Tout se passe très lentement. Rien n'est fait pour contrer les conditions mortelles auxquelles les réfugiés sont actuellement confrontés.

Les draps et les couvertures dans lesquels nous dormons sont faits d'un matériau ("fibre de poussière") qui, selon un ingénieur textile, ne devrait pas être utilisé par les gens en raison des risques pour la santé. Nous dormons dans la poussière, ce qui provoque de l'asthme, de la toux et d'autres maladies pulmonaires.

Depuis que nous avons été amenés ici, les chambres des suspects n'ont jamais été nettoyées ; les nettoyeurs ne s'en approchent même pas. Nous n'avons pas de machine à laver à notre disposition ; ce n'est qu'au bout de 14 jours, après une protestation continue, que nous avons eu la possibilité de faire une lessive une fois.

Ils mettent notre nourriture par terre, ce qui est totalement insalubre. Ils nous traitent comme des animaux. Ils ne fournissent pas assez de nourriture, ce stress provoque des problèmes cardiaques et je me sens déjà si faible, ce qui supprime complètement mon système immunitaire. Leur plan est de nous faire prouver que nous sommes malades.

C'est une situation terrible dans ce camp, la situation est marquée par la panique pour moi.

Un homme (voir photo) souffrant d'une grave maladie pulmonaire (nous avons un rapport médical) tousse très fort ; il vomit sur son lit et sur d'autres lits et sur le sol. Il a demandé un médecin, mais la sécurité a refusé et nous vivons tous dans cette pièce. Vous pouvez donc imaginer le risque dans lequel nous vivons.

L'homme souffrant d'une maladie pulmonaire a été déplacé dans une autre pièce à cause de notre résistance, et nous avons insisté pour qu'il reçoive un traitement médical en raison de sa toux grave et de sa maladie grave en général. Selon sa déclaration, il ne reçoit toujours pas de médicaments. La nourriture qu'ils nous donnent est récupérée au centre d'asile voisin, au 41 de la rue Maria-Probst, où quatre personnes ont également été testées positives au COVID-19 selon diverses sources.

Il y a quelques jours, les agents de sécurité ont voulu faire entrer dans notre chambre un homme vraisemblablement infecté. Lorsque nous l'avons rejeté en raison de notre santé et de notre sécurité, ils ont essayé de le faire respecter par la force après avoir consulté leurs patrons. Nous leur avons dit que c'était leur responsabilité si nous tombions malades à cause de la nouvelle arrivée.

Ils ont appelé la police et les policiers ont essayé de nous convaincre que nous étions tous des demandeurs d'asile de toute façon, peu importe, nous pouvions tous rester ensemble. Nous avons demandé à la police : qu'est-ce que l'isolement ?

Nous avons demandé à la police de nous assurer qu'elle serait responsable si l'un d'entre nous tombait malade ; elle a rejeté cette responsabilité. Puis ils sont partis et l'homme a été mis dans la pièce d'en face.

Nous ne sommes pas les seuls "proches", environ 400 personnes ont été en contact plus étroit avec les personnes infectées. Alors, pourquoi nous isolent-ils seulement et pourquoi ne nous fournissent-ils pas les choses les plus nécessaires ? Nous ne recevons pas de désinfectants. Nous avons besoin d'un équipement hygiénique et sain et d'une possibilité permanente de faire la lessive. Nous avons surtout besoin de chambres et de toilettes séparées pour notre sécurité.

Nous appelons la télévision, la radio, la presse et les autres groupes de médias à venir nous voir afin qu'ils puissent en apprendre davantage et vivre les conditions en direct et faire pression pour être traités humainement avec nous !

Je suis relativement sûr que le service de sécurité refusera l'accès à la presse ou à la télévision.

Les photos montrent notre chambre, qui n'est jamais nettoyée.

ARRÊTEZ les déportations !

Nous appelons à l'aide ! Pendant ce temps, certains d'entre nous, réfugiés, sont en état d'arrestation ou en quarantaine à cause de la COVID 19. Alors que nous ne pouvons pas sortir, d'autres réfugiés sont déportés en Afghanistan depuis la même zone infectée. C'est inacceptable et injuste !

Ruhul Amin Khan,

Réfugié du Bangladesh, victime politique du parti au pouvoir. Au Bangladesh, je risque la prison ou une mort certaine.

Adresse : c/o Arrival Center Maria Probst Straße 14, Munich, Allemagne, Tél : 0049-152-14057064